Présentation des PJ

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Troll Me Tender : le Forum Index du Forum // Jeux de rôles // Campagnes // Pathfinder: La colère des justes
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Piers412
Disciples Troll

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2017
Messages: 154
Localisation: Bordeaux
Masculin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Mar 27 Fév 2018 - 14:41    Sujet du message: Présentation des PJ Répondre en citant
Ici, vous pouvez présentez vos personnage, son apparence, sa personnalité,son histoire....
le mieux c'est que vous crées chacun un post et que vous l'édité chaque fois que vous voulez rajouté quelque chose.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 27 Fév 2018 - 14:41    Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Adrwen
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 12 Oct 2012
Messages: 574
Localisation: Lormont
je maîtrise à: Warhammer 40K (tous), Monde des Ténèbres (Vampire, Loup-Garou, Mage), Pathfinder, D&D 3.5. Jeux amateurs : Magilithe, Dreamland, FMA, Wakfu
Masculin Taureau (20avr-20mai)

MessagePosté le: Mer 28 Fév 2018 - 18:51    Sujet du message: Présentation des PJ Répondre en citant


ALDRIC DE KÉNABRES


Aldric est un jeune humain qu'on peut voir la plupart du temps auprès de Caelda Halse, le forgeron le plus célèbre de Kénabres. Dans l'atelier de l'aasimar, Aldric a sa place, où il travaille soir et matin pour gagner de quoi nourrir sa famille.

Né dans cette ville frontalière du Mendev, il a toujours vécu dans le fracas des armes, les cris des soldats qui partent à la guerre, et la menace sourde, constante, d'un assaut soudain des hordes démoniaques, vomies par la Plaie du Monde.

Mais ne jamais être allé au front a permis à un autre aspect de la guerre de s'ancrer dans son esprit : le devoir, indifférent de la peur, indifférent de la mort, de la victoire et de la gloire, le devoir envers ceux qui se battent, envers ceux qui reconstruisent, envers ceux qui cultivent pour nourrir les milliers d'hommes et de femmes qui défendent ardemment la Pierre de Garde, rempart contre le Mal et le Chaos.
Un devoir permanent et industrieux, dans lequel Aldric n'a pas tardé à trouver sa place.
Volontairement lié au service de l'église d'Abadar, il discute aussi régulièrement, malgré son jeune age, et le temps que lui prend le travail à la forge, avec les représentants et les fidèles du culte de Torag, artisans et bâtisseurs.

D'une taille moyenne, Aldric est plutôt costaud, pour son âge, même s'il ne rivalise pas avec la musculature des plus grands croisés qui arpentent les rues de Kénabres. Ses cheveux châtains sont coupés courts, à la mode militaire, et il arbore un bouc propre et bien taillé sur son visage sérieux. Le plus impressionnant chez lui est encore l'aura qui se dégage de lui. Son regard perçant, son port droit et noble, sa voix claire, grave et puissante, et l'assurance présente dans chacun de ses mouvements, tout cela rend Aldric particulièrement mémorable pour tous ceux qui l'ont côtoyé.

Ceux-ci sont cependant peu nombreux, car en dehors de ses devoirs, Aldric ne se laisse pas beaucoup de temps pour les fantaisies et les amitiés. Amateur de théâtre et de musique, il prend parfois le temps de se détendre, afin de ne pas se laisser écraser par les charges et la rigueur qu'il exige de lui-même.

Lorsqu'il n'est pas à l'atelier, au temple ou, exceptionnellement, à l'amphithéâtre d'Alodae, il est chez lui, à aider Mathilda, sa mère fatiguée et blessée par les années qu'elle a passé au front. Elle est la seule personne qui lui reste, et la seule devant qui il se détend réellement et peut montrer ses sentiments.

Récemment, Aldric a vu de nouvelles capacités s'éveiller en lui. Parmi les acolytes du temple d'Abadar, il se dit qu'il aurait reçu des dons magiques, et qu'un esprit lié au dieu de la civilisation le suivrait. D'autres prétendent que cette entité serait en fait un esprit frappeur ou un démon, cherchant à atteindre Aldric par le biais de manifestations, de sons et de souffles d'air inattendus. Pour le jeune homme, il est indéniable que les pouvoirs qu'il développe lui viennent d'Abadar, ou de l'un de ses hérauts, et il entend bien les mettre au service du culte et de la ville, car comme il le dit parfois, la fonction crée l'outil, et l'outil doit servir la fonction.
_________________
Jeux à l'étude :
- Nephilim
- Wasteland : Les terres gâchées
- Shadowrun 4e édition
- WarsaW


Dernière édition par Adrwen le Lun 5 Mar 2018 - 00:02; édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur Skype
Cisco
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Juin 2017
Messages: 73
Localisation: Bordeaux
je maîtrise à: Pavillon Noir 2, Tiny
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Dim 4 Mar 2018 - 23:49    Sujet du message: Présentation des PJ Répondre en citant


Arion Arator


C’est le fils de Barul petit artisan du cuir, humain, à Kénabres, ancien éclaireur de l’armée de la 4eme Croisade.
Il faut parler des aventures de Barul pour connaître l’histoire d’Arion.

Barul lors d’une mission de reconnaissance a été gravement blessé par une attaque d’un démon. Pratiquement mort, il est trouvé vivant par une patrouille et amené dans un camp elfe de la Croisade. Son état nécessitait l’utilisation de puissants guérisseurs aussi on le porta loin du front à l’avant-poste elfique.
Il fut longtemps dans le coma et sa convalescence dura plus d’un an.
C’est Vaylésa la fille du maitre guérisseur Naell qui s’occupa de lui. Une relation d’abord amicale puis intime et secrète vit le jour entre eux.
Naell se rendit compte avant elle que sa fille portait un enfant. On ne peut pas tromper un grand soigneur elfique. Il l’interrogea sans rien lui dire de sa situation et découvrit sa relation avec l’humain.
Naell s’arrangea pour que Barul reçoive une lettre de l’armée pour commander son retour. Il supervisa personnellement sa guérison et en 3 jours Barul dû dire faire ses adieux à Vaylésa sans connaître sa maternité. À cet instant ils étaient sûr de se revoir.

Mais Naell avait d’autres projets. Ce dernier renvoya sa fille en Andoran aussitôt. Il écrivit une missive aux chefs militaires pour expliquer la situation en accusant Barul d’avoir abuser de sa fillle.
Barul fut mis aux fers à son retour en garnison et juger. Il se retrouva banni sans solde de l’armée.
Il put s’en sortir grâce à Chun Dawei le capitaine de la garnison. Ce dernier connaissait bien l’éclaireur avec qui il avait beaucoup combattu. Trouvant le traitement du soldat injuste il proposa à Barul de lui louer une échoppe à la porte Sud de Kénabres.

Barul ouvrit une boutique d’artisanat du cuir. Il n’oublia pas Vaylésa mais réussi petit à petit à démarrer une nouvelle vie.
11 mois plus tard, sous une pluie battante un soldat frappa à la porte de l’échoppe. Il portait une longue cape verte détrempée, un arc long dans le dos, un baton et un panier.
« - Etes-vous Barul l’éclaireur ? »
Le soldat laissa tomber sa capuche pour montrer ses origines elfiques.
« - Je ne suis plus éclaireur, je ne travaille plus pour la croisade. Si vous cherchez un guide demander à Dawei »
« - Je suis Lantel le frère de Vaylésa. C’est justement Chun Dawei qui m’envoie, je dois vous parler »
Le soldat posa le panier sur la table et dégagea doucement un bébé endormi, Arion.
Lantel raconta alors l’histoire du retour de Vaylésa. Elle refusa de rester captive des hommes de son père. Elle demanda à son frère ainé de la ramener auprès de Barul.
« - Je n’ai pas accepté tout de suite mais j’ai rapidement compris qu’elle partirait seule si je ne l’aidais pas. »
Lantel raconta le voyage dramatique des deux elfes. Partis retrouver l’ancienne troupe de Barul, ils furent rattrapés par les hommes de leur père au premier avant-poste de la frontière de la Plaie du monde. Vaylésa épuisée et choqué montra les premiers signes de l’accouchement. Arion naquit dans la nuit dans les baraquements militaires.
Le lendemain une troupe de croisé épuisés, blessés faisait son arrivé au camp. Le branle-bas de combat fut crié et l’attaque des forces démoniaques fut terrible.
Les démons ont débordés les croisés. Les soldats ont préparé une sortie pour fuir.
Vaylésa a reçu une flèche au visage, elle est morte avant de tombé de son cheval. Lantel est parvenu à s’enfuir avec le reste des hommes et l’enfant.

Arion vous une haine pour les démons qui ont tué sa mère. Il fut élevé par son père qui lui appris la chasse. Très vite Arion surpassa les attentes de son père, excellent rodeur ce dernier voulu en faire un éclaireur pour la croisade. Mais Arion veut racheter l’honneur de son père.

Un autre évènement, a marqué Arion dans son enfance.

Barul a toujours prié la déesse Desna. À l’occasion d’une belle prise à la chasse ou d’un instant heureux, d’un coup du sort bénéfique ou d’une rencontre plaisante, le père d’Arion murmure dans sa barbe une prière pour remercier la divinité.
Le jeune garçon n’y avait jamais prêté attention jusqu’ à l’age de 10 ans.



Arion n’a pas été un enfant facile, il était plutôt terrible et filait tous les jours jouer à la guerre aux démons avec les enfants des voisins.
Il fut chargé par son père d’aller récupérer des collets. Il aurait préféré rester en ville pour regarder l’entrainement des archers de la garde avec ses amis. Râlant, ruminant sa rancœur, Arion se détourna de peu de la zone des pièges. Il fut surpris par des bruits de chevaux derrière lui suivant ses pas. Arion se dissimula dans un roncier et se rapprocha, une avant-garde ennemie de fanatiques commençait à installer un bivouac. Impossible de revenir sur ces pas. La peur submergea le petit mais il réussi à s’éloigner des soldats. Sa distraction et sa désinvolture allaient peut-être lui coûter la vie. Impossible de rentrer, les fanatiques tenaient le seul chemin pour revenir à Kénabres.
La larme à l’œil, Arion ne savait pas quoi faire. C’est alors qu’il fut surpris par une très belle femme qui en se penchant, un doigt devant la bouche, lui fit signe de sortir de sa cachette.
Elle ne prononça aucun mot mais emmena Arion près de son cheval. Elle prit dans sa main la chaine de son collier et en sorti une amulette de la déesse Desna en forme de papillon et l’embrassa la plaqua sur le front de l’enfant et prononça des mots dans une langue étrange.
Arion subjugué et ne réagit pas, il fut ébloui par cette apparition soudaine et par cette femme si grande et si étrange. Une impression de tristesse et de mystère frappait le petit Arion le forçant au calme et au silence.
Elle attrapa Arion et le posa sur la selle de son cheval sans le moindre effort et grimpa à sa suite. Elle dégagea la house d’un arc et son carquois et en sorti une arme magnifique.
Quand le cheval s’engagea au galop, Arion s’accrocha comme il le pu.
L’archère décocha seulement trois flèches et tua d’un seul coup trois sentinelles sans qu’elles ne s’en rendent compte. Ils traversèrent les lignes ennemies en un instant sans que l’alerte ne soit donnée.
Une fois loin du danger, elle s’arrêta, sorti à nouveau l’amulette, prit la main d’Arion et la posa dessus un instant.
Elle laissa l’enfant sur le bord du chemin de la cité et toujours sans prononcer un mot, elle fila dans les bois. Arion resta 10 min sans prononcer un mot. Il fut surpris par une patrouille de la cité qui le ramena aux portes de la ville. Il garda pendant plus d’une semaine la sensation de froid du contact du médaillon sur le front et la main. Il en parla avec son père qui n’en cru pas un mot.
Arion depuis ce jour prie tous les jours pour la Déesse et pour son étrange sauveuse.
Il a remarqué que depuis sa bonne étoile est souvent au rendez-vous.
Il s’intéresse à la religion et ne perd pas une occasion d’aller aux devant des disciples de Desna de passage en ville.


Arion est un enfant du conflit sans lui, il n’existerait pas. La guerre a façonné son existence.
Sa vie, son quotidien reste le combat contre les forces démoniaques. Le passé militaire de son père et les traditions de Kénabres, la messe des armes, le prépare à la guerre.
Il le sait et il désire s’engager mais il doute de la loyauté de la hiérarchie militaire à cause des ennuis qu’a connu sa famille. Il sera éclaireur de l’armée comme son père Barul Arator

Cependant un autre objectif laisse également une forte marque sur le caractère d’Arion.
Son ascendance elfe l’attire. Il n’a jamais connu sa mère et aucun amour maternel. Il sait que son oncle (qu’il voit en héros) existe et qu’il combat pour la croisade. Arion veut absolument le retrouver pour lui poser des questions sur sa mère et sa famille. Il en a fait un modèle imaginaire.

Enfin, l’aventure dans la forêt l’a profondément influencé. De manière étrange, elle a montré à Arion qu’il existe une autre voie que la guerre militaire. La guerre spirituelle.
Il a longtemps cru que c’était Desna tombée du ciel qui était venue à son secours.
Même s’il est intelligent, il ne s’explique pas ce qui lui est arrivé. Arion aimerait beaucoup revoir cette femme qu’il voit souvent en songe.
Arion hésite entre l’engagement militaire et le chemin des mystères et de la religion.
Il est coupé en deux. Il ne choisira pas de suivre une seule voie mais il veut créer la sienne, sa propre voie.
Celle d’Arion Arator, le rodeur, éclaireur de l’armée de la croisade et prêtre de Desna.




Dernière édition par Cisco le Dim 18 Mar 2018 - 20:33; édité 4 fois
Revenir en haut
AIM
Kerll
Disciples Troll

Hors ligne

Inscrit le: 14 Nov 2016
Messages: 93
Masculin

MessagePosté le: Mer 7 Mar 2018 - 03:09    Sujet du message: Présentation des PJ Répondre en citant



Miko Headr



Des débuts difficiles :

Miko est né à Pierrevraie, communauté naine du nord de Mendev qui fouillent la montagne à la recherche de minerai pour certains, de gloire pour d'autres. Car dans ces profondeurs rôdent des aberrations qui permettent aux nains les plus aventureux de faire leurs armes, et pour les moins doués de rejoindre la terre dans la fureur du combat. La famille de Miko était de la première catégorie, simples mineurs. L'année de ses 10 ans Miko et sa famille se joignent à une caravane marchande en partance pour Kenabres. Quoi qu'ils étaient sensés faire Miko n'en a aucun souvenir. De toute façon ils n'ont pas atteint le premier village une fois hors de la mine. A seulement quelques centaines de mètres de la sortie la caravane fut attaqué par une troupe de démons. Les quelques gardes furent rapidement massacrés, ne s'attendant pas à des démons de ce côté de la frontière. Les gardes de la mine arrivèrent trop tard pour sauver qui que ce soit mais parvinrent à tuer tous les démons. C'est en rassemblant les cadavres qu'ils découvrirent que le jeune nain couvert de sang, le sien en grande partie, était encore en vie. La plupart pensait qu'il ne survivrait jamais, même avec des soins. Pourtant après des semaines de délires et de fièvres le jeune nain pu se lever et marcher. Cependant les gens gardent leurs distances avec lui et le regardent tour à tour avec pitié ou méfiance. Même le médecin qui l'avait sauvé restait distant. En le poussant dans ses retranchements Miko découvre alors que sa survie pose question. Certains insinuent qu'il doit avoir du sang de démon pour résister à de telles blessures. Miko n'a aucune certitude et le doute s'immisce même en lui avec l'apparition de rêves étranges...


Les moines de Torag :

Devenu orphelin et presque un paria Miko erre dans la ville pendant quelques mois. Un jour au fil de ses déambulations il tombe (par hasard?) sur un groupe de nains se bagarrant. Il ne s'agit cependant pas d'une dispute mais plutôt d'un entraînement. Curieux il observe ces combattants alliant force et vitesse. Interrogeant les spectateurs il apprend qu'il s'agit de suivants de Torag du temple proche. Miko pensait que les suivants de ce dieu vénérable n'était que des forgerons ou des mastodontes de fer. En fait certains se tournent vers la méditation et la contemplation de soi, s'approchant de la solidité et de la résistance des métaux. Miko décide d'y entrer et pour la première fois depuis l'attaque des démons il n'est pas pris en pitié ou regarder avec méfiance.


Le combat contre les aberrations :

Miko passe son enfance au service du temple, apprenant doucement mais surement la maîtrise de son esprit. Cependant son sang bout toujours au souvenir de l'attaque des démons. Une partie des moines et prêtres du temple, sont parfois envoyés aidés dans les mines face aux aberrations. Une fois devenu majeur Miko demande rapidement à rejoindre ces combattants. Il y apprend alors la maîtrise de son corps auprès de vétérans. Au milieu des nains recouverts de métal et armés de marteaux de guerre, lui et ses compagnons combattent à mains nues et sans armure. Après quelques années passé au front souterrain, Miko développe ses techniques et s'inspire notamment de son vieux maître Burdik, spécialiste de l'école de la tortue alligator mettant l'emphase sur la défense. Cette expérience renforce son besoin d'action pour s'épanouir.

Le retour à la surface :

Après quelques années au front, Miko se voit enfin confier une mission à la surface, chargée de satisfaire son besoin d'aventures. Envoyé à Kenabres avec une délégation pour représenter la mine à la Messe des armes de cette année. Au moment de quitter les souterrains pour la première fois depuis l'attaque, Miko est pris d'un doute et reste bloqué pendant ce qui lui semble une éternité au moment de passer à l'endroit de l'attaque. Cependant après quelques secondes son doute se transforme en certitude : son but désormais sera de protéger ce monde des démons quel qu’en soit le prix.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:53    Sujet du message: Présentation des PJ
Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Troll Me Tender : le Forum Index du Forum // Jeux de rôles // Campagnes // Pathfinder: La colère des justes Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
TMT // Theme Created By: Maëlys et Briareos
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com